Interviews 4

[ITW] John Noble

Vous le connaissez sûrement pour son rôle de Walter Bishop dans Fringe, ou encore de l’intendant Denethor dans Le Seigneur des Anneaux, je veux bien entendu parler du génial John Noble ! Dimanche dernier, j’ai eu le privilège de pouvoir l’interviewer lors de la Sci-Fi Convention, ce fut un des plus beaux moments de ma courte vie et je vous le fais partager aujourd’hui. Enjoy !

KissMyGeek : Qu’est ce qui vous a intéressé dans Fringe ? Pourquoi avoir voulu rejoindre le casting ?

John Noble :  Ce que je savais de Fringe, c’est que J.J. Abrams qui produit la série a une grande réputation et que le rôle de Walter Bishop semblait avoir été fait pour moi. Avant même que je le sache, ma fille m’a contacté et m’a dit « Papa, ce rôle est fait pour toi ! ».  Donc j’ai appelé mon manager qui m’a dit « Non non non, tu es bien trop jeune pour ce rôle, ils ne voudront pas de toi !» mais après ils m’ont rappelé pour le faire. Donc ce rôle était fait pour moi, voilà la raison.

KMG : Walter est quelqu’un d’assez d’instable, est-ce que ça a été difficile pour vous de jouer quelqu’un comme lui ? Est-ce que c’était un challenge ?

JN : Oui bien sûr que c’était un challenge, parce que j’ai du faire deux sortes de recherches. La première concernait l’histoire de ces scientifiques des années 80 qui faisaient des choses extraordinaires ou durant la Guerre Froide par exemple, parce que Walter en faisait partie. Et je devais potasser toutes ces théories scientifiques contemporaines. Je devais aussi m’informer sur les séquelles que laissent certaines drogues et les répercussions sociales de l’enfermement, de l’isolement. Donc j’ai du faire énormément de recherches sur ce qui peut se passer dans la tête de quelqu’un  qui a besoin de drogue, de  quelqu’un qui a subit une électrothérapie et jusqu’à quel point cela peut vous enfoncer.

KMG : En quoi Walternate diffère du Walter que nous connaissons ? Pensez-vous que sa cause est justifiée ?

JN : Oui, totalement. En 1985, ces deux hommes étaient très semblables, puis Walter a volé le fils de Walternate. Celui qui a volé le fils doit payer pour sa faute. Et il a payé pour ça, sa femme s’est suicidée et il est devenu fou. L’autre doit chercher à se venger  donc il prend un autre chemin. Ce sont deux hommes très intelligents, très puissants. Donc je comprends Walternate, je comprends pourquoi il est devenu ce qu’il est. Je serais comme lui si quelqu’un volait mon fils.

KMG : Trouvez-vous que Fringe reflète les problèmes de notre société, en particulier les mauvais effets de la science ?

JN : Je crois que la science n’est ni mauvaise ni bonne,  la science est magnifique,  c’est une recherche d’une part de vérité. La science est parfaite et pure. Mais comment vous l’utilisez bien entendu… La fusion  nucléaire est une chose extraordinaire, mais si vous l’utilisez mal, vous pouvez fabriquer des bombes. Donc c’est notre usage de la science qui peut être mauvais. Non la science est pure, il n’y a pas de moralité, c’est juste magnifique d’être suivi, d’être examiné, parce que c’est nous et nous sommes une part du cosmos, chaque cellule de notre corps est une part de ce cosmos. J’aime la science.

KMG : Pouvez-vous nous parler de la saison trois, devons-nous nous attendre à un gros cliffhanger ?

JN : Oh oui, un énorme cliffhanger ! Vous savez à la fin de la saison 2 nous avons introduit l’univers parallèle et il y a une sorte de conflit entre les deux mondes. Durant la saison trois, nous passons beaucoup de temps dans cet univers alternatif, pour approfondir les personnages et comprendre leur vie. Ils pensent incorrectement qu’un seul des univers doit survivre. Ce n’est pas vrai, la science vous dirait qu’il y aurait une balance, mais pas une destruction obligatoire. Mais ils l’ont oublié. Et donc ils se préparent à une guerre. Toutes les guerres sont ridicules, sérieusement. A la fin de la saison trois, nous voyons tout cela monter en puissance, jusqu’à la limite d’un armageddon, et là arrive le cliffhanger. C’est ce qui va se passer.

KMG : Quelle a été votre réaction en apprenant que Fringe avait été déplacé en deuxième partie de soirée le vendredi ?

JN : C’est une très bonne initiative. Le jeudi n’était pas une bonne plage horaire pour nous, nous étions au milieu de la « télévision populaire » comme Grey’s Anatomy, CSI…  Ce n’est pas le genre de séries avec lesquelles nous pouvions cohabiter. Nous avions des bonnes audiences, mais nous n’aurions jamais du nous trouver là. Donc oui, le vendredi soir est très bien pour nous, c’est une plage où X-Files a eu ses très bons résultats et c’est la plage où nous en aurons. [Ndlr : la série continue néanmoins à avoir de très faibles résultats]

KMG : Un de mes épisodes est Brown Betty de part son atmosphère très film noir et ses moments de comédie musicale. Est-ce que cela a été compliqué pour vous de chanter devant la caméra ?

JN : Non, pas du tout ! [rire] Ecoutez, tous les jours dans Fringe on nous demande de faire des choses incroyables du genre « oh mon dieu, je dois chanter, je dois danser » ! Vous n’avez pas à penser à tout ça, vous devez juste le faire et c’est une chose extraordinaire à propos de la télévision. Par exemple, on peut me dire « Ecoute John, nous avons besoin que tu chantes dans l’épisode de demain, pourrais-tu choisir entre ces deux chansons ? » et je suis là « Oh ? Okay» [rire] Tout est vraiment très rapide.  Ou alors ils m’ont dit « oh, tu dois inventer une danse pour demain », c’était dans la saison 1. Comme je n’avais aucune idée j’ai appelé ma fille et lui ai dit « mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ? ! » alors je lui ai passé un morceau de musique et elle m’a dit « oh fais ça fais ça ! » et je l’ai fait le lendemain ! C’est vraiment fou, vraiment rapide.

KMG : Je sais que vous interprétez un personnage dans le jeu à venir L.A. Noire, pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

JN : Bien sûr, je pense que L.A Noire innove énormément d’un point de vue technologique. Je ne sais pas si vous avez vu les premières images  mais la possibilité de montrer les expressions sur les visages est quelque chose que l’on n’a jamais vu auparavant. Et cela créé un énorme intérêt dans le monde entier, c’est le premier jeu vidéo qui a été invité dans un festival cinématographique par exemple. Et c’est vraiment énorme parce que cela introduit le jeu vidéo dans le monde du cinéma et de la télévision. Vous savez les gens disent que la télé réalité enlève tout, peut être oui, mais ce jeu, c’est un drame [Ndlr : le genre hein…] mais c’est aussi de la réalité en un sens puisque ce sont vos choix qui influenceront l’histoire. C’est très intéressant.

KMG : Dernière question, pourquoi les gens doivent regarder Fringe ?

JN : Fringe est la meilleure série que j’ai jamais vu. Je crois que les gens doivent d’abord regarder les saisons précédentes en DVD avant de se lancer parce qu’ils seraient complètement perdus en prenant en cours de route. Ensuite ils pourront rattraper la diffusion en cours et comprendre ce qui se passe. Pour moi, Fringe est vraiment la meilleure série à la télévision.

Et voilà ! Oui, je sais, on en voudrait encore, mais mon temps était limité. Je vous conseille donc de suivre cette excellente série qu’est Fringe et vous dit à plus tard pour d’autres nouvelles croustillantes !

English Version :

KMG : What interested you in Fringe and why did you want to join the cast ?

JN : What I knew about Fringe what that J.J Abrams who producing has a very strong reputation and that the role of Walter Bishop seem like it was made for me. Even before I knew about it, my daughter contacted me and said “Dad, this role has been made for you !” and so I called my manager who said “No no no, you’re ay too young for this role they don’t want to see you !”. But then later they called me to do it. So that’s the reason.

KMG : Walter is quite unstable, what was the most difficult part playing someone like him ? Was it a challenge ?

JN : Yes of course it’s a challenge because I needed to do two bodies of research. One body of research into the history of the scientists of the 80’s who were doing extraordinary things, or during the Cold War and anything. And he was part of that Walter. I needed to read up extensively, as I do anyway, on contemporary  theories. And I needed to research the after effects of certain drugs, and the social after effects of carceration, isolation. So I did a quite a lot research into what main reasons will exist for someone who had use to that need drugs, someone who had been subjected to electric shock therapy. That was my researchs.

KMG : How does Walternate differ from Walter ? Do you think his purpose his fair ?

JN : Yes, totally, I think so. You know, in 1985, these two men were very similar. One steals the child, one has the son stolen. The one who steals the son must pay for his sin and he pays for his sin, his wife commit suicide and he goes mad. The other one must seek revenge so he’s driven in another way. They’re both very smart men, very powerful. So I understand Walternate, I understand why he is like he is. I will be like that if someone stole my son.

KMG : Do you think Fringe reflect the problems of our society, especially with the bad effects of science ?

JN : I think science isn’t bad or good. No science is beautiful, science is an investigation into find a bit of truth. Science is perfect, it’s pure. But how we use it of course… Nuclear fusion is a beautiful thing, but if you use it incorrectly you could make bombs. Because, science is pure, there is no morality in science. It is just beautiful to be followed, to be examined. Because it is us and we are in, and we are a part of the cosmos, every cells in your body is a part of this extraordinary cosmos. So I love science.

KMG : Can you talk about the season three and where the show is heading at the end, can we expect a huge cliffhanger ?

JN : Oh yeah, huge cliffhanger ! Because at the end of season two, we introduced the alternative universe and they is a sort of a conflict. In the season three, we spent a lot of time in the alternative universe, meeting the characters and understanding there lives. And then eventually, they believe incorrectly that only one could survive. That’s not correct in science, science would tell you that they will be a balance, not a destruction. But they forget this and they go to war. All war is ridiculous, seriously. At the end of season three, we see this come together into almost an Armageddon, and then we cliffhangered.

KMG : What was your reaction to the show being moved to the friday night ?

JN : Good move, it’s a really good move. thursday was not a good night for us, it was in a middle of popular tv : Grey’s Anatomy, CSI… These are not the show that we acquit with. We did very well but we shouldn’t have been there. So Friday night is a great night for us, it’s a night The X-Files made great and it is the night we will made great.

KMG : One of my favorite episode is Brown Betty because it mixes a noir atmosphere et musical moments. So do you like to sing ? Was it a challenge for you to sing in front of the camera ?

JN : No ! No no no ! [laugh] Look, everyday one Fringe we get presented to things like “oh my god, I have to sing, I have to dance, whatever !” You don’t think too much about It, you just do them and it’s an extraordinary thing about television.  Or they said to me “Oh John, we need you to a song in this episode starting tomorrow, could you chose between these two ?” and I said “oh, okay !”.  [laugh] I mean it’s really fast. Or for example they said to me “Oh you have to invent a dance for tomorrow !”, this is in season one. So I called my daughter and I said “What do I do ?!” and I played a piece of music and she said “Do this dad, do this !”. And so, this is crazy, very fast.

KMG : I know that you play a character in the upcoming videogame L.A Noire, can you told about this experience ?

JN :  I think L.A Noire is groundbreaking the technology. I don’t know if you see the shorts, but the ability to show expression on the faces never been seeing before. It’s created an enormous interest around the world, it’s the first ever game to be invited to a film festival. This is really big. It’s really big because it introduces games into the world of film and  television . I think it’s very much a part of the future. You know because people say reality television is taking away, well maybe, but what this is, it’s drama ! That’s reality in a sense that your choices will affect the story. Very interesting.

KMG : Last question, why people must watch Fringe ?

JN : Fringe is the best produced show I ever saw. I think it helps if people watch the previous seasons in DVD’s because it’s quite difficult to step in now. So I really recommend to people who haven’t watch it before to get the DVD’s and watch more; and then they’ll catch up and they will understand. In my opinion, Fringe is the best show on television.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

4 Comments

  • Reply
    Kia
    22 Avr 2011 9:51

    Je te hais pour l’avoir rencontré! Je te remercie pour cette interview! Je t’envie d’avoir pu aller à la SciFi Convention. Je te dis « Continue comme ça et je te lirai longtemps ».

    N’empêche, t’as rencontré John Noble kwa… T_T

  • Reply
    Eskarina
    22 Avr 2011 11:57

    Tellement, tellement, tellement classe ♥

  • Reply
    Alice
    23 Avr 2011 1:07

    Super interview !!
    Cool de voir à quel point Mr Noble est aussi awesome à l’écran qu’IRL (^^)

  • Reply
    Azima
    18 Août 2012 5:00

    Merci pour ce bon interview. Cela me rassure de savoir que l’ecart entre le Bishop de la tele et le Noble de la realite n’est pas trop grand. I like Bishop!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *