Divers Interviews Jeux

Jeux de société : la sélection frissons de Némi

Némi BD

Héroïne gothique de la dessinatrice norvégienne Lise Myhre, Némi est une jeune femme paumée, galérant dans ses jobs comme dans sa vie sentimentale, entière, métalleuse et fan de bières. Son humour grinçant et cynique offre un regard à la fois réaliste et enfantin sur le monde actuel. Exaspérée pour un rien, émerveillée de tout, elle est aussi attachante qu’originale. Et nul besoin d’être métalleuse pour comprendre que son univers est tout autant le sien que le nôtre. On se reconnaît souvent dans ses mésaventures et remises en question. Et justement ! Hier soir, pour oublier la morosité parfois étouffante de la vie et ses déboires, ses amis lui ont amené quelques jeux de société pour boire quelques bouteilles et patienter avant Halloween. Alors Némi, dis-nous, quels jeux ont retenu ton attention ?  

Nosferatu

Mon coup de cœur de la soirée ! Moi qui adore Les Loups-Garous de Thiercelieux et les jeux à identité cachée comme Saboteur ou Bang, j’ai été conquise ! Mordra ? Mordra pas ? Que l’on soit chasseur de vampire, le complice de Nosferatu, ou Nosferatu, on s’amuse à chaque partie. Un excellent jeu d’ambiance, de bluff et d’intuition. Nous avons enchaîné les parties sans jamais se lasser (puis un pote a regardé l’heure, « Euh, faudrait se mettre aux autres jeux un jour »).

Et pour ne rien gâcher les illustrations d’Ismaël sont magnifiques. A mettre entre toutes les mains, que l’on soit joueur féru ou occasionnel. On ne peut que vous le conseiller car pour son premier jeu, Pierre-Yves Lebeau nous a vraiment épaté. Ce n’est pas un hasard si le succès est à ce point au rendez-vous. Pour preuve, le jeu en est déjà à sa seconde édition depuis sa sortie en avril 2013.

De 5 à 8 joueurs.

Editeur : Grosso Modo.

Shadow Hunters

Dans la catégorie des jeux efficaces avec tout le monde, accessible, drôle, et avec des graphismes inspirés des mangas et du bestiaire fantastique, Shadow Hunters est un incontournable ! On ne peut faire plus simple : chaque joueur récupère une carte personnage et prend connaissance de son objectif pour la partie. Que l’on soit Shadow, Hunter, ou Neutre, il faudra dissimuler son identité, reconnaître ses semblables et utiliser les pouvoirs des lieux pour s’équiper, se soigner, blesser, regarder la carte d’un joueur, etc. Les règles sont d’une simplicité déconcertante et pourtant c’est l’un de mes jeux favoris. Pour des tables où l’on souhaite mettre l’ambiance Shadow Hunters est le choix idéal. Alors, serez-vous Shadow ? Hunter ? Loup-Garou ? Momie ? Vampire ? Une foule de personnages vous réservent bien des surprises et de pouvoirs surpuissants.

De 4 à 8 joueurs.

Editeur : Les Editions du Matagot.

Ghooost

Faut-il encore présenter Richard Garfield ? Connu pour ses immenses succès de Magic : The Gathering et King of Tokyo, j’ai tout de suite été tentée par son Ghooost, aussi parce que le design m’a tout de suite plu. Mais honte à moi, je n’avais pas encore eu l’occasion de le tester. Le tort est maintenant réparé ! Petit jeu de cartes vif et fluide, la chance reste une composante importante du jeu, ce qui a déplu à quelques potes (les gros joueurs fanatiques de gestion en fait), mais posséder son propre manoir (la grande class’), faire évoluer le Trouillomètre et bouter les fantômes hors de chez soi le plus vite possible est assez jouissif ! Et les fantômes spéciaux ont des effets et des noms plutôt cool, comme Scooty, Skeletum, Cerberus. Ghoost ! est donc un jeu distrayant, rapide et fun. A jouer en famille et entre potes pour démarrer une soirée jeux.

De 2 à 6 joueurs.

Editeur : Iello.

La Crypte de la créature

Poser le magnifique plateau au centre de la table, le regarder, admirer cette crypte, y apposer les flaques de sang sur lesquelles nos personnages pourront glisser pour se déplacer plus vite, et finalement se rappeler du film La Famille Adams devant lequel nous avons tant ri. Puis, tourner et retourner agnifique plateau au centre de la table. rprises et de pouvoirs surpuissants. blesser, révéler l’o. jeux de société biles pions personnages, observer les bouilles de chacun et apprécier ces dessins qu’on croirait tirés d’un comic. Et une fois la figurine de la créature montée (le monstre du comte Carloff), choisir la couleur de sa famille et courir à toute allure à travers cette crypte pour tenter d’en faire sortir ses membres en vie !

Ce jeu de Friedemann Friese est tout simplement glauque et fun à souhait. Contrairement aux autres jeux testés, celui-ci est le premier jeu qui dépasse les 30 minutes, et passer 01h15 à tenter de survivre dans les couloirs où se promène la créature est vraiment immersif. Evidemment, ce jeu n’est pas coopératif… En déplaçant la créature pour éviter qu’elle ne vienne dans sa direction, on aura tendance à la rapprocher des autres joueurs… Cruelle vie, digne survie !

De 2 à 7 joueurs.

Editeur : Filosofia.

Nightfall

En guise de mise en bouche, j’entends encore mon pote nous dire, « Je vous préviens, ce jeu n’est pas pour les donzelles, ça cogne et ça saigne à gogo ! ». Nous entrons effectivement dans un univers bien plus noir que ceux des précédents jeux. Enfin du challenge ! Je vais pouvoir ridiculiser les potes (rire sournois).

Nous parlions plus tôt de Richard Garfield, créateur de Magic : The Gathering, et depuis 1993 l’engouement pour le deck-building n’a cessé d’augmenter. Même si des catégories bien distinctes se sont développées depuis, ce type de jeu me plaît toujours autant. Construire son deck, changer ses cartes, renforcer son jeu, font que l’on cherche sans cesse à améliorer sa donne initiale et à acquérir des pouvoirs et lieux toujours plus puissants. Avant de se faire détruire par les autres joueurs… Car nous sommes ici dans du velu, de la baston brute et sanglante, dans un jeu à l’univers impitoyable et brutal. Ici, on ne passe pas dix minutes à prévoir ses prochaines actions et tous les joueurs obéissent religieusement à l’astuce notée dans le livre de règles « Soyez agressif. N’espérez pas dominer le monde sauvage qu’est Nightfall en vous tournant les pouces », ce qui apporte beaucoup d’adrénaline aux joueurs et favorise la rapidité en jeu. Dernièrement lassée par Dominion, Rune Age, ou encore Thunderstone, j’ai bien fait morfler les copains hier soir. Qui a dit que les femmes ne savaient pas se battre ?

Et après c’est une soirée bien monstrueuse (dont l’apogée fut ma victoire à Nightfall, oui, évidemment), j’ai pu m’endormir sereine et fière. On a fini dans la sueur et les larmes, mais rien à faire, j’aime toujours autant les créatures aux crocs longs et acérés. Depuis le Petit Chaperon Rouge, j’en suis juste dingue.

De 2 à 4 joueurs.

Editeur : Iello.

KISS MY GEEK : Ok Némi, merci beaucoup pour ta sélection ! On sait avec quels jeux s’occuper en attendant le 31 octobre. Un dernier mot ?

Les BD Némi sont disponibles chez l’éditeur Milady.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *