Évènements Jeux

Cannes – Festival International Des Jeux 2018 : notre retour !

Festival Jeu Cannes 2018

Au détour d’un petit weekend provençal, j’ai eu la chance de pouvoir faire un saut du côté du Festival International Des Jeux à Cannes. En très bonne compagnie qui plus est. Voici donc un rapide retour d’expérience sur cette journée du samedi, passée bien trop vite à mon goût !

Le Festival International Des Jeux a lieu tous les ans à Cannes : c’est le rendez-vous incontournable de tous les amoureux du jeu dans toute sa splendeur. Jeux de société, de figurines, de cartes, et depuis peu jeu vidéo… Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges, tant que l’objectif est de s’amuser !

Véritable temple de la (re)découverte, ce salon est un passage obligatoire pour tous les éditeurs qui viennent montrer leurs nouveaux bébés, leurs prototypes, ou tout simplement leurs anciens succès dont personne ne s’est encore lassé. Si les Colons de Catane et autres Aventuriers du Rail sont forcément de la partie, vous vous douterez tout de même que le plus grand intérêt de ce salon est de découvrir les tendances et nouveautés à venir !

Malheureusement, parmi des centaines de possibilités et (beaucoup) de visiteurs affamés de jeux, il est impossible de faire un tour complet en une journée. Je m’arrêterai donc en quelques mots sur les 4 jeux que j’ai pu tester.

Et j’en profite pour faire un petit coucou à Kyra, notre ex-rédactrice, qui animait le stand Funforge !


Dice Forge (Asmodee) 

C’était « le » jeu que je voulais absolument tester sur cette journée du samedi.

Nominé pour l’As d’Or de cette édition 2018 dans la catégorie « tout public » (finalement raflé par Azul), sa gueule avenante (comprendre : sa finition visuellement aguichante) faisait envie… Ne vous fiez pas aux têtes de ces messieurs, dépités face à l’incontestable victoire du sexe féminin.

fijkmg-4

Le concept de Dice Forge est simple : vous devez « pimper » vos 2 dés en changeant leurs faces. Faces que vous achetez avec de l’Or. Or que vous générez en lançant vos dés à chacun de vos tours. Vous suivez ?

En « craftant » les faces de votre dé, vous allez donc le rendre plus puissant, efficace… Au lieu de générer 1 +1 d’Or par lancer, il en générera davantage. Ou bien il vous permettra d’obtenir d’autres types de ressources et de bonus.

Les « monnaies » accumulées grâce à vos lancers de dés peuvent ensuite être dépensées dans des épreuves (sur le plateau) qui vous offrent des points de victoire.

Et le joueur qui a le plus de points de victoire gagne, bien évidemment ! Entre un Seasons et un 7 Wonders, ses règles très rapidement assimilées amènent un fun instantané. Les tours passent rapidement et la partie passe comme un éclair.

Outre la beauté et la qualité des matériaux (Asmodee n’a plus rien à prouver là-dessus), on a beaucoup apprécié le côté très ludique du « dice crafting ». Nos gros dés en plastique peuvent faire sauter leurs faces pour les remplacer par d’autres, plus puissantes. Les stratégies sont multiples et chaque partie promet d’être unique ! En outre, le format du jeu promet un ajout facile d’extensions… Une nomination à l’As d’Or que Dice Forge a donc bien mérité !

Comptez entre 35 et 40€ pour un jeu qui les vaut (en tout cas, nous, on est repartis avec).


Mafia de Cuba (Asmodee)

Pur jeu de bluff, Mafia de Cuba vous propose de vous mettre dans la peau d’une famille mafieuse.

Le Parrain a réuni tout le monde pour fumer un cigare dans sa boîte de meilleurs roulés cubains, mais doit s’absenter un instant. La particularité de cette boîte ? Elle a un double fond ! Celui-ci recèle un nombre de diamants et de « pions rôles » connus de tous, y compris du parrain.

En l’absence de ce dernier, la boîte tourne dans le sens des aiguilles d’une montre : chacun son tour et à l’abri des regards, vous allez au choix voler un nombre de diamants qui vous plaira, ou bien rester fidèle au parrain et choisir de prendre un pion rôle. La plupart des pions rôles ont des caractéristiques qu’il serait un peu long de décrire.

Venons-en plutôt à l’essentiel : quand le joueur suivant prend la boîte, il sait ce qui manque et peut déduire ce que vous y avez pris. C’est le moment le plus crucial du jeu, celui qui vous permettra de bluffer dans la deuxième manche. Si vous avez une mémoire de poisson rouge ou que vous êtes incapable de sortir votre plus belle poker face : passez votre chemin.

fijkmg-2

Quand le parrain revient, il doit trouver qui, parmi les joueurs, a volé des diamants. Il peut poser autant de questions qu’il le souhaite à qui il le souhaite. Chacun révèle au parrain (avec une dose de mensonge plus ou moins forte, selon son objectif) ce qu’il a vu quand il a ouvert la boîte.

C’est ensuite au parrain de déduire qui, autour de la table, a rempli ses poches avec les diamants qui lui manquent. Attentions, il n’a droit qu’à quelques erreurs !

Amusant, comme la plupart des jeux de bluff, tout repose sur la capacité des joueurs à entrer dans le rôle. Si vous êtes avec des habitués qui se prennent au jeu, la rigolade sera au rendez-vous, assurément !

Comptez ici un prix très juste d’une quinzaine d’euros.


Kharnage (Devil Pig)

Arrivés un peu par hasard sur ce jeu de deck building, nous ne pensions pas repartir sans nos cordes vocales.

Et pourtant ! Comme nous l’explique l’animateur du stand : l’objectif de Kharnage, c’est de se défoncer la gueule, et de crier haut et fort KHARNAAAAAAAAGE une fois les rangs de vos ennemis décimés.

fijkmg-3

Le principe est simple : tous les tours, vous piochez 5 cartes. Chacune de ces cartes représente les guerriers qui constitueront votre armée. Carte après carte, vous révélez quelle troupe vous avez piochée, si elle se pose en première, en deuxième ou en troisième ligne. Détail important puisqu’il faudra forcément achever la première ligne de combattants au complet avant de pouvoir attaquer la deuxième, et enfin la troisième. 

Une fois toutes vos troupes éliminées par vos adversaires, ceux-ci crieront KHARNAAAAAAAGE ! Attention, s’ils ne le font pas, ils pourront perdre des points (ou louper l’opportunité de rafler des points bonus). Préparez donc bien vos plus beaux cris !

Le tout repose sur un système d’initiative, de pouvoirs spéciaux et… d’un peu de chance, comme beaucoup de deck builders ! Malgré son apparence bourrine, Kharnage propose tout de même un minimum de stratégie, des parties rapides et fun… Tout ce qu’on demande, non ?

Comptez une vingtaine d’euros pour la boîte de base et ses 4 armées, une dizaine pour les extensions. La vraie poule aux œufs d’or de tout deck builder qui se respecte !


Kitchen Rush (Artipia)

Dernier jeu de notre trop courte journée : nous avons absolument voulu essayer ce jeu aux allures d’Overcooked.

Si Kitchen Rush n’existe aujourd’hui qu’en anglais, il compte bien se traduire dans notre belle langue. D’où sa présence au festival. Ne vous laissez pas tromper par ses allures de proto (on regrettera en effet un matériel assez peu joli), Kitchen Rush a été kickstarté avec succès (144.000$ sur les 20.000$ demandés).

En tout cas, nous ne nous sommes pas trompés en pensant jouer à une version plateau d’Overcooked ! En effet, dans Kitchen Rush, vous jouez un gérant qui reprend un restaurant. (Les plus observateurs d’entre vous constateront une photo dont la situation est à l’exacte inverse de celle de Dice Forge !)

fijkmg-1

Ce jeu coopératif vous propose de manager ensemble les ressources d’un restaurant. Tous armés de 2 sabliers de 30 secondes chacun, vous allez devoir gérer toute la chaîne de restauration : accueil des clients, prise des commandes, préparation des plats, gestion des stocks… Chaque commande réussie vous apporte quelques pièces d’or que vous pourrez réinvestir (achat d’améliorations, mais aussi salaires des employés !). Les plus ardues d’entre elles vous apportent de la réputation : attention toutefois, si vous vous plantez dans vos commandes, cette dernière en pâtira !

Chacune des actions listées plus haut « bloque » votre sablier de 30 secondes. Vous ne pouvez donc faire que 2 actions à la fois. Chaque round dure 4 minutes. et une partie est  composée de 4 rounds. Votre objectif : gérer un maximum de commandes pour répondre à une mission déterminée (argent gagné, commandes réussies, étoiles gagnées). À vous d’optimiser la façon dont vous gérez vos sabliers sans vous bloquer ! Anticipez les besoins pécuniers, les stocks manquants, etc. Un vrai casse-tête !

La communication et le sang froid seront vos meilleurs alliés. Kitchen Rush est un jeu qui mettra vos nerfs à rude épreuve, mais le sentiment de satisfaction est immense quand vous parvenez, en groupe à atteindre vos objectifs !

On regrettera un prix un peu élevé d’une cinquantaine d’euros pour un jeu qui, même s’il est assez chouette et fourni en matériel (sabliers, ressources en bois, etc.) aurait pu proposer une finition visuelle un peu moins cheap !


On reviendra !

Vous l’aurez compris, le Festival du Jeu est un moment convivial et chouette à partager. Entièrement gratuit, vous n’avez aucune raison de pas aller y faire un tour si vous êtes de la région !

Veillez simplement à ne pas arriver trop tard dans la journée, sous peine de vous faire refouler pour cause de trop grande affluence. On ne pourra pas reprocher à ce chouette festoche d’être victime de son succès… Rendez-vous en 2019 ?

Un dernier big up à toutes les personnes avec qui j’ai partagé cette journée et qui ont accepté que je publie leurs bouilles : Nico, Marlène et Toti (nos hôtes de rêve), Belouga et Sylvie.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *