Évènements

[Compte-Rendu] DreamHack Tours 2016

dreamhack tours 2016

La semaine dernière avait lieu la deuxième édition de la DreamHack en France au Centre des Congrès le Vinci à Tours avec au programme une lan géante, de l’e-sport et des pc de compèt’. Nous y étions, on vous raconte tout ça.

Mais la DreamHack quoi c’est ? Eh bien la DreamHack c’est à l’origine une Lan géante organisée en Suède. Face à son succès grandissant, l’événement s’est exporté dans d’autres payx et s’est vu greffer l’organisation de tournois e-sport de grande importance, comme du CS:GO ou du StarCraft 2 avec les meilleurs joueurs du monde. Et depuis 2015, la DreamHack a posé ses bagages à Tours au mois de mai !

Ayant habité une dizaine d’années à Tours, je connais plutôt bien le Vinci. Depuis l’an dernier, je me pose de sacrés questions sur le bien fondé d’organiser la DreamHack dans ce lieu plutôt destiné à accueillir concerts et spectacles. Pour les tournois, aucun soucis, plusieurs amphithéâtres sont disponibles, mais pour la lan géante et la DreamExpo, je demandais à voir. Concernant la lan, elle avait lieu au dernier étage du bâtiment, dans une salle d’une dimension impressionnante. Des dizaines de joueurs avaient ramené leur matos et jouaient tranquillos à perte de vue. C’est assez dingue à voir. De passage le dimanche, je peux aussi vous dire que l’odeur des pc et de la sueur étaient bien présentes !



dreamhack tours 2016 lan

Pour la DreamExpo, mes craintes étaient fondées. Il ne fallait pas s’attendre à un déluge d’exposants et d’animations. Tout au plus 4 ou 5 stands de grandes tailles mangeaient le peu d’espace disponible, tandis que quelques petits marchands de t-shirts et de tapis de souris personnalisés récupéraient les miettes dans un coin. Parmi ces gros stands, on retrouvait bien évidemment les constructeurs de PC gaming tels que ASUS ROG, mais aussi LDLC, Monster et plus étonnamment Orange venu nous vanter sa fibre optique (assez ironique quand on y pense, puisque l’événement a subi de nombreuses coupures de connexion internet fourni par…Orange). Au final, les grosses marques souvent associées au monde de l’e-sport étaient présentes et nous proposaient un bon nombre d’animations, même si la plupart consistait à essayer des PC haut de gamme ou se tenter à quelques matchs. Côté invités, j’ai uniquement pu voir l’habituelle Kayane qui se retenait de foutre de trop grosses pâtées à des ados de 15 ans sur Street Fighter V, et LordDVD qui… faisait la même chose. Au final, cette DreamExpo, on y passe 5 minutes, mais il est inconcevable d’avoir payé sa place pour voir uniquement cela.



dreamhack tours kayane
dreamhack tours dreamexpo


Parce que le gros du salon, tout de même, c’était les tournois e-sport. Et là, il y en avait pour tous les goûts. Avec du StarCraft 2, du Heroes of the Storm, du Hearthstone, du LoL et du CS:GO, on ne peut pas dire que cette DreamHack faisait les choses à moitié. Petit soucis, la moitié des tournois était indiqué sur le programme. Pour se tenir au courant, il fallait venir devant la porte de la salle où était indiqué manuellement sur un papier le prochain tournois à venir. Bon, fort heureusement, le staff était plutôt sympa et disponible (à part quelques guguss qui se la jouaient cowboy, mais c’est le lot de chaque event). Le Vinci dispose de trois amphi. Le plus petit, de 350 places, accueillaient des tournois mineurs. J’ai pu y assister à des chouettes matchs de Hearthstone. L’amphi intermédiaire dispose de 700 places et y avaient lieu les tournois BYOC. C’est ici que j’ai passé le plus clair de mon temps puisque les tournois CS:GO s’y déroulaient. Enfin, le plus gros amphi accueillait 2000 places pour les tournois comptant pour des championnats majeurs. Côté confort, c’était absolument parfait, les sièges sont spacieux, confortables. Aucun soucis à rester assis toute la journée dans ces conditions !



dreamhack tours 2016 starcraft 2

Par contre, pour l’organisation c’était autre chose. J’ai déjà évoqué les soucis liés à l’imprécision des horaires des tournois, il fallait aussi jouer avec les retards ! Par exemple, la finale BYOC de CS:GO le dimanche a débuté 2h après l’heure annoncée. Autant dire que l’impatience était à son comble. Heureusement, une fois débuté, chaque match nous fait oublier tous ces petits désagréments puisque l’ambiance dans la salle est survoltée. Un gros coup de cœur aussi aux différents commentateurs qui ont fait un excellent taf en reposant les bases et règles des jeux pour les novices et en jouant énormément avec le public lors des temps morts. C’était vraiment chouette. C’était vraiment chouette, mais les gars, la prochaine fois que vous diffusez un tournois avec un rétroprojecteur, le faites pas à côté d’une baie vitrée, hein.



dreamhack tours league of legends

En somme, la DreamHack est belle et bien un endroit pour poser son royal fessier et assister à des matchs de dingue. L’Expo ? On l’oublie, on la traverse juste pour aller s’acheter à boire. En tout cas, on reviendra l’année prochaine.

Note : J’ai évoqué les soucis liés aux coupures de connexion ayant ponctuées le weekend d’intermèdes forcées. Cependant, je n’ai pu être témoin de ces événements et ne peux donc pas réellement en parler. Si c’est votre cas, les commentaires sont là pour afficher votre avis.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *