Jeux Vidéo

[Flashback] Spider-Man: rétro-araignée

maximum_carnage

En attendant le test du nouveau Marvel’s Spider-Man sur PS4, il était de bon ton de revenir en arrière pour découvrir ce que la licence a apporté aux joueurs. Car sur console, l’Homme-araignée n’en est pas à son coup d’essai et dans nos cœurs de gamers, nous avons tous un souvenir ou un autre de ses prouesses en pixels. Parfois bon, parfois mauvais. Souvent mauvais, admettons-le. Petit retour sur quelques vieilleries vidéo-ludiques.

 

The Amazing Spider-Man (Game Boy, 1990)

amazing-spider-man-the-ue-800101-022038

La version Game Boy de The Amazing Spider-Man débarque en 1990 avec une philosophie particulièrement simple : frapper tout le monde ! Dans les rues malfamées de New York, vous incarnez Spider-Man parti à la recherche de Mary-Jane, kidnappée par un collectif de super-vilains. Votre mission : coller des droites à tous les punks que vous croisez, avant d’affronter l’un des super vilains emblématiques de l’univers : de Mysterio à Venom, en passant par Octopus ou le Bouffon Vert.

amazing-spider-man-the-ue-800101-020615

Une ville particulièrement dangereuse puisqu’aux punks agressifs s’ajoutent les punks armés qui tirent sur tout ce qui bouge, les bougres qui ouvrent la fenêtre de leur appartement au premier étage dès que Spider-Man s’approche pour lui coller des coups de batte de base-ball, et les lézards mutants qui soulèvent les plaques d’égouts pour tenter de sectionner la fémorale de votre super-héros. Bref, tout New York semble avoir une dent contre l’Homme-araignée.

Le gameplay est particulièrement simple (comme souvent sur Game Boy) : avancer, frapper les punks tout en ramassant les objets qu’ils laissent tomber pour gagner des points, sauter et/ou se balancer avec la toile pour franchir les obstacles et atteindre la fin du niveau où vous attend le boss.

amazing-spider-man-the-ue-800101-020421

Les différents niveaux sont entrecoupés de cut-scenes où Spider-Man discute par talkie-walkie avec les différents vilains à rencontrer, lançant quelques petites punchlines qui font la renommée de Spidey. Au fil des niveaux, à travers le métro, le parc ou encore les égouts, les ennemis se feront plus coriaces et plus surprenants : des chauves-souris aux alligators, en passant par les châtaignes tombant des arbres aux déchets solides tombant dans les égouts dont l’interprétation est libre…

the_amazing_spider_man_gameboy

 

Spider-Man : Return of the Sinister Six (NES, Master System, Game Gear, 1992)

spider-man-return-of-the-sinister-six-800101-022840

Les Sinistres Six sont rassemblés par le Docteur Octopus afin de dominer le monde. Et Spider-Man est là pour les en empêcher. Le gameplay est semblable au jeu de Game Boy de 1990 : frapper, sauter, mais le tout en couleur ! Avec la particularité cependant que les punks qui se prennent un crochet de la part de Spider-Man explosent littéralement en morceaux… un effet saisissant !

spider_man_return_of_the_sinister_six

Ce jeu est graphiquement étrange : Spider-Man, comme tous les personnages du jeu d’ailleurs, semble atteint d’une malformation qui disproportionne sa tête et son corps. Un choix graphique discutable mais qui vient directement impacter le gameplay puisque les bras de Spidey sont par conséquent… très courts. Et vos ennemis plus difficiles à frapper ! Mais pas de panique, vous pouvez aussi les faire exploser en leur lançant de la toile !

spider-man-return-of-the-sinister-six-800101-023227

On retrouve les niveaux classiques de Spider-Man : les rues de New York, les égouts, les usines, … En bref, tous ces lieux où l’environnement lui-même est votre ennemi : des gouttes vertes tombant du plafond des égouts aux oiseaux et rats du parc, tout ce qui bouge n’a pour but que la mort de Spider-Man. La palme revient au niveau de Mysterio, grand-maître des illusions, où Spidey doit éviter des plumes qui se transforment en œil avant de tomber en explosant au passage du héros…

 

Spider-Man and Venom : Maximum Carnage (Super NES, Mega-Drive, 1994)

spider-man-venom-maximum-carnage-e-800101-025448

Maximum Carnage reprend les codes des populaires jeux beat them all en les appliquant à l’univers de l’Homme-araignée. Carnage s’échappe de l’asile de Ravencroft et sème la terreur à New York. Le joueur incarne Spider-Man ou Venom dans un combat contre Carnage et ses alliés. Spidey arpente donc les rues de New York en frappant sans vergogne les clochards, les rappeurs ou les jeunes femmes adeptes de karaté. Un arrière-goût de Streets of Rage qui n’est pas déplaisant, et qui rend le jeu particulièrement fun en mettant clairement le politiquement correct dans un coin sombre.

spider-man-venom-maximum-carnage-e-800101-025858

On y retrouve une palette de façon de tabasser les new yorkais : les poings, les pieds, la toile ou plus simplement balancer des objets à la tronche de tout le monde. Avec même la possibilité de balancer les clochards sur les rappeurs (ou inversement), le tout joliment assorti par de classiques « POW » ou « KCHAK » qui font un clin d’œil aux comics d’origine. En bref : ne posez pas de questions, frappez tout le monde !

spider-man-venom-maximum-carnage-e-800101-031734

Dans sa quête de justice expéditive, Spider-Man sera aidé par de nombreux alliés : Cloak and Dagger, Black Cat, ou encore Iron Fist. Chacun fait une apparition éclair sur votre demande afin de balancer une super-attaque et de nettoyer le lieu. Certes, comme beaucoup de beat them all, Maximum Carnage n’est pas très fin, et est souvent répétitif, mais il a le mérite d’être divertissant !

spider_man_venom_maximum_carnage

 

Spider-Man 3 : Invasion of the Spider-Slayers (Game Boy, 1993)

amazing-spider-man-3-the-invasion-of-the-spider-slayers-u-800101-024230

Impossible de finir cette rubrique sans parler de Spider-Man 3 sur Game Boy. Ce jeu est probablement l’un des plus étranges de la licence Spider-Man. La partie débute en vous expliquant que c’est une belle journée pour combattre le crime, et que le meilleur endroit pour commencer est probablement le parc. Objectif : arrêtez 20 « agresseurs ». C’est donc dans le parc que Spider-Man traquent les plus dangereux criminels : les hommes en imperméable et les jeunes skaters qui n’utilisent pas le skate park.

amazing-spider-man-3-the-invasion-of-the-spider-slayers-u-800101-024651

Car oui, dès le premier niveau, on baigne dans le WTF. En tant que Spider-Man, vous devez tabasser tous les skaters qui passent sous votre nez, mais également surveiller tous les hommes en manteau. Ceux-ci glissent souvent une main sous leur long manteau afin de sortir un journal, un pistolet ou bien… garder leur main sous le manteau… A vous de trouver ceux qui méritent une mandale !

spider_man_3_game_boy

Une fois tous ces dangereux criminels arrêtés, votre spider-sens vous alerte d’un danger caché dans les arbres. Un monstre vous saute au visage : un Alien (oui, le huitième passager) version robotique qui crache des boules de feu… En réalité, les experts de l’univers de Spider-Man reconnaîtront le Spider-Slayer Mark X, l’une des machines construites par Spencer Smythe pour tuer Spider-Man.

spider_man_3_game_boy-2

Pour les autres (comme moi), deux possibilités s’offrent à vous : éteindre votre Game Boy et tenter d’oublier ce jeu, ou bien poursuivre afin de survoler New York sur le dos d’un oiseau robot géant. C’est vous qui voyez…

 

Bien entendu, il y a de nombreux autres jeux de la licence qui auraient légitimement leur place ici, qu’ils soient bons ou mauvais. N’hésitez pas à partager vos souvenirs et expériences pour enrichir le tout!

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *