Jeux Vidéo Tests & Critiques

[Test] Night in the Woods

nowheader

Sorti partout il y a un an mais il y a tout juste un mois sur Switch (cette phrase est applicable à de nombreux jeux), c’est par ce biais que Night in the Woods a atterri entre mes mains. Il faut dire que le shop en ligne de Big N est de mieux en mieux fourni, le coquin.

 

Crowdfund in the Woods

À l’origine, Night in the Woods est issu d’une campagne Kickstarter à succès, lancée par le studio Infinite Fall en 2013. Grâce aux 400% de leur objectif atteint,  Alec Holowka (concepteur du jeu) et Scott Benson aka Bombsfall (illustrateur / animateur) ont pu s’accompagner de Bethany Hockenberry (scénariste) pour produire leur titre.

Il s’agit pour l’instant de la seule création du studio, lui-même fondé à l’occasion de la sortie du jeu. Néanmoins, Holowka et Benson avaient déjà travaillé ensemble sur Longest Night et Lost Constellation qui ont fait office de prélude au titre dont je vous parle (et qui sont inclus dans les bonus, pour ceux que ça intéresse). Tout ceci reste bien entendu à l’échelle indé’ – ne vous affolez pas si vous n’en aviez jamais entendu parler ! Néanmoins, pour les plus érudits d’entre vous, il va sans dire que les noms cités pourront évoquer des choses à vos oreilles. En effet, les deux messieurs sont très actif dans le milieu indé’ depuis un bail.

Et c’est armé de toutes ces cordes à leurs arcs qu’en février 2017, ils sortent Night in the Woods sur Steam (PC, Max, Linux) et sur PS4.

En octobre dernier, Infinite Fall annonce une « Weird Autumn Edition » (ajout de « minisodes », de nouvelles activités nocturnes, etc.) suivie peu après de l’officialisation de sa sortie sur l’e-shop de la Switch. Un titre atypique qui y trouve toute sa place, vous allez le voir.

 

Night in the what ?

Comme je vous le disais, Night in the Woods est un jeu atypique.

Il raconte l’histoire de Mae, une jeune chatte que vous incarnez et qui retourne dans son village natal pour des raisons que l’on ignore au début. Elle y retrouve ses amis d’enfance, et les souvenirs resurgissent du passé. On découvre alors que le passé de Mae est plus sombre qu’il n’en a l’air. Peu à peu, les révélations ont lieu. Parallèlement à cela, votre groupe d’amis et vous enquêtez sur la disparition, l’enlèvement et le démembrement (!) de pauvres innocents de Possum Springs, le trou perdu où vous résidez. Le jeu est rythmé par les jours et les nuits de Mae.

Le jour, vous vous baladez dans Possum Springs et faites des rencontres. Les plus marquantes d’entre elles sont répertoriées dans votre journal intime sous forme de croquis (votre objectif devenant rapidement de collectionner le plus de gribouillis possible !).

screenshot4

La nuit, vous dormez, et vos rêves sont peuplés de vos fantasmes et de vos fantômes. C’est l’occasion de découvrir ce qui hante Mae et d’apprendre à la connaître sous un nouveau jour (ou plutôt, sous une nouvelle nuit !). En effet, le subconscient s’y donne alors à cœur joie, souvent effrayant, énigmatique, surtout symbolique et poétique… De quoi ravir les plus psys d’entre vous.

screenshot3

 

Chat se joue comment ?

Narratif à la base, Night in the Woods est (presque) dénué de gameplay. Grosso modo, vous allez passer tout le jeu à déplacer votre personnage de gauche à droite (scrolling horizontal) pour déclencher des dialogues. De temps en temps, ces dialogues vous offriront un choix (qui n’aura pas de conséquence dramatique sur le déroulé de l’histoire). Pour rythmer un peu tout ça, vous pourrez également participer à des mini-jeux (qui n’auront pas non plus d’incidence critique sur l’histoire). Par exemple : faire du pickpocket sans se faire repérer, ou jouer un morceau de musique façon Guitar Hero. Tout cela se marie donc à la perfection à la jouabilité manette de la Switch.

Night in the Woods s’articule avant tout autour des rencontres que vous prendrez le temps de faire et de développer. Des choix que vous ferez (avec lequel de vos amis choisirez-vous de passer du temps ?). Et enfin des croquis que vous collectionnerez, qui vous encouragent à aller parler à tous les personnages qui peuplent Possum Springs. Certains d’entre eux sont bien cachés : il faudra donc fouiller chaque recoin et faire un peu de plateforme à coup de sauts sur les toits et les câbles électriques tendus à travers toute la ville.

screenshot5

Côté graphismes et ambiance, on pourrait le rapprocher d’un crossover entre Scott Pilgrim (pour l’humour noir, parfois absurde, et l’aspect visuel) et Oxenfree (pour l’ambiance). Avec pour point commun central, bien entendu, la fin de l’adolescence, le début de l’âge adulte, et toute la merde que ça peut amener dans nos vies.

 

Ça ressemble à Animal Crossing ton truc

Malgré l’anthropomorphisme des personnages, on est très loin d’un Animal Crossing. Bien qu’on en retrouve pourtant le découpage en journées, la mélancolie et les musiques douces.

En effet, Night in the Woods cache un discours bien plus sombre qui nous rapproche davantage du crossover dont je vous parle quelque lignes plus haut. La mort, l’exclusion, le harcèlement, l’exode rural et même la folie… Autant de thèmes qui pourraient même faire penser à Six Feet Under par exemple. Ne vous fiez donc pas à son graphisme digne de vos plus beaux livres pour enfants. Night in the Woods est une véritable réflexion sur les liens familiaux, l’amitié, les drames du quotidien. Le tout parsemé d’une ambiance proche du fantastique qui lui donne parfois des échos inquiétants. Tout comme peut l’être une nuit dans les bois.

screenshot7

En bref, là où certains pourront y voir un vide de gameplay, d’autres y verront une très belle histoire qui vous embarquera pour une dizaine d’heures de jeu. Night in the Woods ne s’adresse clairement pas à tout le monde. Néanmoins, pendant la dizaine d’heures qu’il vous faudra pour le terminer, il remplit parfaitement son contrat pour les joueurs avertis. Attention néanmoins, un dernier avertissement (et pas des moindres) : le jeu n’est disponible qu’en anglais.

 

On a aimé :

  • L’écriture
  • Le design
  • La bande-son

On a moins aimé :

  • Le côté parfois un peu répétitif des actions
  • L’impression de ne pas « vraiment » pouvoir influer sur l’histoire

Craquez vos PO si :

  • Vous aimez les jeux narratifs
  • Vous avez kiffé Oxenfree, Gone Home, Edith Finch…
  • Vous cherchez un petit jeu tranquille à faire au coin du feu

Quittez la partie si :

  • Vous voulez faire du frag dans la red zone
  • Vous parlez anglais comme une vache espagnole
  • Vous n’aimez pas les histoires à la Scott Pilgrim

Night in the Woods – Infinite Fall – Finji

Windows, Linux, Mac OS X, PlayStation 4, Nintendo Switch, iOS, Android

 Environ 20 €

Un jeu qui mérite de sortir de la nuit

Une écriture au top, un design atypique, une bande-son travaillée... Night in the Woods est le parfait petit indé' qui a tout pour plaire ! On regrettera peut-être parfois le côté un peu répétitif. Mais si vous aimez les jeux narratifs mélancoliques et bourrés d'humour noir, vous pouvez y aller les yeux fermés.

8
Note Globale:
8

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *