Cinéma Crash Test 2

[Crash Test] Les Nouvelles Aventures d’Aladin

Aladin_header

Salut à tous ! C’est Gizmo le maso et je suis de retour pour m’infliger les pires tourments dans le but avoué de vous épargner même si malheureusement j’ai l’impression que plus je vous mets en garde contre un film, plus vous voulez le voir (on me parle encore aujourd’hui de ma critique de Lucy et de la façon dont elle a donné envie de voir le film…). Vous avez forcément entendu parler du (trop) long métrage dont il sera question aujourd’hui et vous avez également probablement déjà entendu des avis à son sujet. D’ailleurs je n’avais pas spécialement prévu d’écrire dessus ou même de le voir. Mais un marché avec une collègue m’a poussé à cette séance de rattrapage et le visionnage a été une sorte de révélation. Bonne ou mauvaise ? Je vous laisse le découvrir avec mon Crash Test du film Les Nouvelles Aventures d’Aladin.

 

De quoi c’est-y donc qu’on cause ?

 

Vous connaissez tous l’histoire d’Aladdin, ce pauvre jeune homme obligé de vo… Ah non, pardon, on me dit qu’il y a bien une raison s’il n’y a qu’un « d » au Aladin du titre : ce n’est pas l’histoire d’Aladdin en fait. C’est l’histoire de Sam (Kev Adams) qui se met en tête de voler un maximum d’objets des galeries Lafayette le soir de Noël, accompagné de son ami Khalid (William Lebghil), tous deux habillés en Père Noël. Mais des enfants lui réclament une histoire et, pour ne pas éveiller les soupçons, Sam se retrouve contraint de narrer aux jeunes bambins les aventures d’Aladin à sa façon. On retrouve donc dans ce conte qui se veut modernisé les avatars des personnes qui peuplent la réalité de Sam. Ainsi, notre héros campe Aladin, Khalid se retrouve lui aussi dans l’histoire en tant que meilleur ami du jeune voleur, la fiancée de Sam est la princesse convoitée, etc, etc (je ne donne pas les autres « correspondances » puisqu’elles ne sont révélées qu’à la fin du film mais si vous avez plus de 2 de QI, vous devriez deviner le rôle de chacun dès son apparition). C’est cette histoire qui va vaguement s’inspirer d’Aladdin mais en la respectant tellement peu qu’on se demande pourquoi ils ont voulu se donner cette peine.

 

Le génie d'Aladin est un peu moins impressionnant que la version de Robin Williams
Le génie d’Aladin est un peu moins impressionnant que la version de Robin Williams

 

Avant même de parler du film, mettons plusieurs choses au clair. Évidemment, je ne m’attendais pas à rire beaucoup puisque je ne suis pas la cible et non, je ne partais pas avec l’intention de le massacrer. Pourquoi ? Parce que sur le papier, l’idée de la réinterprétation d’un conte par un énergumène qui ne le connaît de toute évidence qu’approximativement devrait laisser place à pas mal d’idées farfelues et que même si les blagues ne sont pas forcément à mon goût, je peux reconnaître qu’une comédie soit bien faite et fonctionne sur son public. Et puis j’ai une confession : en voyant la bande annonce du film, je m’étais dit que, bien amenée, la fameuse blague du « rejoins-moi du côté obscur » – bien que peu inventive – pourrait fonctionner sur moi. J’imagine bien cette phrase dans un épisode de La Cape et l’Épée des Robins des Bois par exemple. Mais trêve de bavardage, qu’est-ce que ça donne ?

 

Alad… Hein ?!?

 

Wow ! C’est vraiment mauvais. L’écriture est si faible que même les valeurs sûres des écuries à arrachage de sourire ne fonctionnent pas. Par exemple, on arrive assez vite devant une scène « classique » où Aladin tente d’arnaquer la populace en lui vendant une potion qui ne fonctionne pas grâce à l’aide de son ami Khalid. La tentative de Khalid de forcer la main d’Aladin pour gagner plus d’argent ? Ca tombe à plat. La rébellion de la princesse qui veut faire payer au jeune homme son manque d’honnêteté ? Complètement à côté de la plaque. Le moment où ils tombent amoureux l’un de l’autre en croisant leurs regards ? Eh bien s’ils ne l’expliquaient pas par la suite, on ne l’aurait même pas vu. Cette scène est à mon avis symptomatique du très très gros problème d’écriture (si l’on peut encore appeler ça comme ça) sous-jacent. On a mal pour Jean-Paul Rouve en le voyant copier au geste près un gag de RRRrrrr!!! perdu au milieu d’un capharnaüm d’absurdités pas inspirées. Franchement, je ne reproche même pas au film de voler les blagues des autres (dans les comédies françaises, on a l’habitude) mais le minimum serait de les mettre en valeur pour qu’elles aient une chance de faire rire. Le script ne cherche tout simplement pas à construire ou même amener la moindre blague mais se contente d’en déposer ça et là comme une mouette soulagerait ses intestins.

 

Mon pauvre Jean-Paul, qu'est-ce que tu es venu faire dans cette galère ?
Mon pauvre Jean-Paul, qu’est-ce que tu es venu faire dans cette galère ?

 

Ok, c’est mal exécuté mais les blagues sont pas mal au moins ? Ca dépend. Certaines pourraient fonctionner à mon avis si elles étaient incluses dans un scénario qui a du sens et accompagnées de gags du même acabit. Le problème c’est que les scénaristes n’avaient clairement aucune idée de l’humour qu’ils souhaitaient utiliser. Des anachronismes ? Check. De la répétition ? Check. Des blagues de cul ? Autant que vous voulez (même Deadpool en contient moins mais là ce sont des blagues niveau 8-10 ans). Des jeux de mots (très mauvais) ? Check. Des blagues pipi-caca ? Check, check, check et re-check. Ca va dans tous les sens sans aucune cohérence et ça part parfois même trop loin, à la limite (et encore, on se demande si elle n’est pas dépassée) de l’homophobie, entre autres. Et puis cette obsession pour la blague éculée du « Je suis ton père »… On l’a déjà vue mille fois cette vanne. Ok, c’est pas original pour un sou mais bon allez c’est cadeau on vous le passe. Sauf que là, la blague est faite 4 fois en moins de 30 secondes ! Je n’exagère pas. Le vizir la fait à la princesse qui se fout de sa gueule, la répète au sultan qui se fout de lui aussi avant de lui-même la refaire au vizir qui y croit puis à sa propre fille. Quatre fois. Et ce n’est pas la seule blague répétée. On a le même souci avec celle du mirage, 3 fois la même chose en un peu moins de 30 secondes.

 

Si j’avais un vœu…

 

La narration elle-même souffre du même syndrome. Le film est coupé par moments de façon complètement erratique pour revenir au temps présent pendant lequel Sam raconte l’histoire. Est-ce qu’il y a un intérêt ? Oui : justifier l’échec du scénario en en faisant porter la responsabilité par les personnages. Il fallait être couillu mais ils ont osé. Exemple : un enfant veut qu’une machine à bonbons apparaisse au milieu du palais d’Agrabah de Bagdad ? Eh bien Sam s’exécute. Est-ce que ça apporte quelque chose à l’intrigue ? Non mais vous comprenez, si on laisse les enfants décider, ça excuse le fait que le scénario ne ressemble à rien. Ou comment faire de l’idée – bonne au demeurant – de base du film sa perte.

 

Alors dans cette scène, Vanessa Guide est censée être choquée d'avoir fait une Sophie Marceau sans s'en être rendu compte. Actor Studio !
Alors dans cette scène, Vanessa Guide est censée être choquée d’avoir fait une Sophie Marceau sans s’en être rendu compte. Actors Studio !

 

Bon, je n’ai pas parlé du reste mais il est bien évident que la musique est affreuse (la chanson Yallah Yallah est tout bonnement insupportable et nous fait juste espérer que jamais Kev Adams ne se reconvertira dans la chanson car même Clara Morgane s’en sort mieux) et que la plupart des acteurs jouent très très très mal. Le truc c’est que je me demande si c’est vraiment de leur faute. Vanessa Guide ou Audrey Lamy par exemple, sans être de très grandes actrices, ont déjà prouvé qu’elles pouvaient à peu près s’en sortir en endossant un rôle. Là, c’est la catastrophe nucléaire. Même Michel Blanc joue mal dans ce film. Si je trouvais la lampe magique (soit dit en passant, Eric Judor anéantit tous les efforts accumulés ces dernières années pour redresser son image en jouant un génie ridicule), je ferais le vœu que ce film n’ait jamais existé et qu’il n’existe jamais.

 

Du coup, on le regarde ?

 

Non mais sérieusement, vous avez lu ne serait-ce qu’une ligne de cet article ? Non, on ne le regarde pas. Les Nouvelles Aventures d’Aladin est un film raté à tous les niveaux qui a réussi à me décevoir alors même que je n’en attendais absolument rien. Je crois que c’est la première fois que je vois un film qui me crie tellement ses mauvaises intentions. L’équipe du film n’avait clairement pas envie de faire le moindre effort et s’est simplement tournée vers la coqueluche des enfants pour se faire de l’argent facile. Vous savez le pire ? Ca a marché et ce film a fait un carton – il est même encore dans certaines salles. Non, je retire. Vous savez ce qui est VRAIMENT pire ? Une suite est déjà prévue (ils vont appeler ça Aladeux bordel, c’est même pas une blague !) et il y a des chances pour qu’on voit plein de resucées de cette daube dans les années à venir. Ceux qui me connaissent savent que je suis d’une curiosité folle et même si vous connaissez mon désamour pour Lucy, je n’ai pas honte de vous avouer que j’irai voir sa suite parce que je suis curieux de savoir si Besson peut tomber encore plus bas. Je ne peux pas en dire autant pour Aladeux. Même ma curiosité que je pensais à toute épreuve est morte sous les assauts répétés de ce truc.

 

Alors oui, j’ai décidé d’écrire cet article et je m’attends à essuyer des insultes de la part des fans de Kev Adams ou à ce qu’on me qualifie encore de « créatif raté » mais peu m’importe. Je vais vous dire la vraie raison pour laquelle je l’ai écrit : c’est pour vous demander, à genoux, de ne surtout pas participer au succès de cet immondice. Si vraiment vous voulez vous faire du mal et le regarder, par pitié, je vous en supplie, téléchargez-le mais ne donnez pas un centime aux producteurs car ce faisant vous participeriez à la déferlante d’étrons qui se dirigent droit sur nous pour les années à venir.

 

Prenez cette image comme une mise en garde : à l'image de ce clip de Yallah Yallah, Aladin est une épreuve.
Prenez cette image comme une mise en garde : à l’image de ce clip de Yallah Yallah, Aladin est une épreuve.

 

TL;DR

 

Les Nouvelles Aventures d’Aladin est une véritable purge. Je veux dire par là que non seulement je me suis ennuyé devant ce film mais j’ai peine à croire que quiconque ait ri à ces gags, y compris la fanbase de Kev Adams dont je ne peux pas croire qu’elle soit de si mauvaise foi. C’est vraiment mauvais à ce point. L’humour est très mal amené (et parfois douteux), le rythme est bâtard, le style de blagues beaucoup trop hétérogène, le jeu des acteurs affligeant… Rien ne va si ce n’est la photo et certains effets spéciaux. On voit qu’il y a eu beaucoup de sous sur la table et c’est peut-être ça le plus tragique. Si vous voulez voir ce film, pitié, trouvez un moyen de le récupérer sans que ça ne rapporte un seul centime aux producteurs.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

2 Comments

  • Reply
    Eskarina
    15 Fév 2016 7:07

    « C’est l’histoire de Sam (Kev Adams) qui se met en tête de voler un maximum d’objets des galeries Lafayette le soir de Noël, accompagné de son ami Khalid (William Lebghil), tous deux habillés en Père Noël. Mais des enfants lui réclament une histoire et, pour ne pas éveiller les soupçons, Sam se retrouve contraint de narrer aux jeunes bambins les aventures d’Aladin à sa façon. » » Best pitch ever.

  • Reply
    Chase
    15 Fév 2016 7:28

    RIP copain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *