Cinéma Crash Test 2

[Crash Test] The Terror of Tiny Town

header

Je reviens de vacances et une chose me taraude : je n’ai pas écrit ici depuis trois semaines. Comment donc faire pénitence ? Mais bien sûr ! Un nouveau Crash Test, le « j’ai pêché, j’expie » version KissMyGeek ! Direction la précédente édition pour lire les suggestions de nos lecteurs. Parfait, on a un gagnant : « The Terror of Tiny Town ». Merci (?) Mimoso. Direction les Etats-Unis de 1938 pour une expérience haute en couleurs (humour lol ptdr).

 

De quoi c’est-y donc qu’on cause ?

 

The Terror of Tiny Town est un western à moitié parodique, à moitié comédie musicale réalisé par Sam Newfield et dont le principal argument de vente (voire le gimmick sur lequel tout le film repose) est d’avoir un casting composé uniquement de personnes de petite taille (à l’époque, on disait encore des nains et il pourra m’arriver d’utiliser ce terme ici, mon intention n’est pas d’offenser, je ne vois juste pas l’intérêt du « PC »). A toute règle, il faut une exception et on aura donc un acteur non nain dans le segment de présentation au début du film, celui qui sert d’exposition, une séquence un peu gênante où le réalisateur semble avouer qu’il n’est pas sûr lui-même de ce qu’il a voulu accomplir. Après ces quelques minutes, on entre dans le film à proprement parler dans lequel on suit les habitants de Tiny Town, une petite ville du Far West comme on en voit dans tous les westerns avec ses artisans, son saloon, son shériff, ses cowboys et, bien sûr, son méchant. Lui, c’est Bat Haines. Comme tout bon méchant de western, il veut gagner plein d’argent tout en embêtant le monde. Pour ce faire, il vole le bétail du père du héros et de son rival historique en faisant croire à chacun que l’autre est responsable. Sans trop vous en dévoiler, on peut aussi dire qu’il y a évidemment une histoire d’amour entre le héros Buck Lawson et la nièce du fameux rival de son père, Nancy Preston, fraîchement arrivée en ville. Bien entendu, Buck va essayer de sauver la situation et finira par se battre contre Bruce Wa… Bat Haines.

 

Subtile mise en scène pour souligner la taille des protagonistes

 

Un film à la hauteur de ses ambitions ?

 

The Terror of Tiny Town n’affiche pas une ambition folle. Il prétend juste être un petit western d’exploitation rigolo avec un casting original. Pourtant, la barre semble être trop haute même avec des attentes aussi simples. Le scénario est vraiment navrant. L’intrigue du vol de bétail n’est pas franchement passionnante, la corruption du shérif semble sortir de nulle part, tout comme la plupart des « rebondissements » et tout cela n’est pas rattrapé par la technique. Je me garderai bien de parler de technique cinématographique comme les choix de réalisation et compagnie parce que j’avoue être très peu au fait des habitudes de l’époque et que, surtout, il n’est ici aucune ambition de révolutionner le genre. Toutefois, on peut évoquer la pauvreté du jeu des acteurs et l’indigence des séquences « comédie musicale », les maquillages complètement ratés, sans oublier un nombre effarant de faux raccords en à peine 1h de film. Alors je sais, vous allez me dire que c’est une parodie. C’est vrai (enfin il paraît) mais déjà ça n’excuse pas tout. Et puis arrêtez-moi si je me trompe mais une parodie est censée s’attaquer aux poncifs d’un genre, non ? Là, les scénaristes se sont contentés de copier l’histoire du western le plus insipide qu’ils aient pu trouver puis d’y caser tout un tas de gags visuels basés sur la taille des acteurs.

 

Imaginez un film reposant entièrement sur le « gag » des acteurs trop petits pour faire exactement la même chose que les gens qu’ils pastichent. Voilà, vous venez d’imaginer The Terror of Tiny Town. Au lieu de chevaux, les cowboys chevauchent des poneys. Le chef cuisiner est trop petit pour regarder l’intérieur de la marmite dans laquelle il prépare le repas. Les personnages peuvent passer sous les portes battantes du saloon sans baisser la tête mais lèvent les bras pour tout de même les faire bouger. Le personnage de Nancy doit prendre de l’élan puis sauter pour s’asseoir sur le tabouret de son piano. J’en passe et des moins bonnes. Je vais être honnête, le coup des portes du saloon m’a fait sourire la première fois. Mais c’est tellement appuyé, tout revient tellement souvent, que c’en est lassant. La seule chose qui fait que ça passe à peu près, c’est que la musique et les voix des acteurs font penser à des cartoons. Du coup, dans le fond de notre crâne on se repasse les épisodes des Looney Tunes ou de Tex Avery qu’on dévorait étant enfants. Malheureusement ça ne dure qu’un temps et les passages chantés du film, véritables supplices auditifs, vous sortent de votre doux nuage nostalgique.

 

Moment gênant censé être sexy : la chanson pour faire tourner la tête de ces messieurs

 

Le film est-il tellement mauvais qu’il en devient drôle ? Non, même pas. On ne peut pas non plus vraiment dire qu’il soit atroce, c’est simplement mauvais. Un peu comme quand vous allez voir le spectacle de danse de la petite dernière de la famille pendant les numéros où elle n’est pas : vous vous ennuyez et vous attendez que ça passe mais en même temps vous n’en voulez à personne et espérez même que les acteurs se sont amusés à le faire, histoire qu’au moins quelques uns n’aient pas perdu leur temps. La seule différence, c’est que là il n’y a pas de numéro que vous attendiez autre que le générique de fin.

 

Du coup, on le regarde ?

 

J’ai beau avoir un côté sadique, je ne conseillerais ce film à personne. Bon, à la limite, si vous avez raté la pièce de théâtre de fin d’année de votre neveu de CP et que vous êtes en manque de ce niveau de rigueur et de professionnalisme, pourquoi pas. Ou bien si vous avez un fétiche pour les nains. Parce qu’il faut bien dire que la seule raison valable de regarder The Terror of Tiny Town, c’est si on veut voir un film avec uniquement des nains. Mais en dehors de ça, je pense qu’il a bien mérité sa place dans la liste des 50 plus mauvais films de tous les temps. Rien n’est à garder. Ni le jeu des acteurs, ni le scénario, ni la musique, ni même les blagues. Rendez vous compte que même le titre ne colle pas au film ! Je veux dire, vous appelez ça une terreur vous un gars qui fait des coups de pute en douce avec des plans foireux pour voler des vaches ? Le méchant ne terrorise pas la ville, il essaie juste de gagner de l’argent facile. Ok, au cours du processus, il tue des gens. Mais à aucun moment on ne ressent de la peur de la part des personnages. Pas même de la part du shérif qui semble plus résigné et blasé qu’effrayé. Si toutefois vous teniez pour je ne sais quelle raison à vous infliger ça, sachez qu’il est disponible en VO légalement et gratuitement à cette adresse.

 

« Regardez comme on joue bien la peur ! »

 

Toujours est-il que vous pouvez me conseiller des films mauvais ou pour lesquels vous n’êtes pas sûr de vouloir perdre votre temps dans les commentaires ! Je choisirai peut-être votre suggestion pour le prochain Crash Test.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

2 Comments

  • Reply
    Eskarina
    28 Juil 2015 12:25

    Wow. Nope.

  • Reply
    Kyra
    28 Juil 2015 12:38

    Waow ! Pour le délire pourquoi pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *