Animation Cinéma Tests & Critiques

[Critique] One Piece Gold

opg_header

L’attente a été longue entre le film Z de la franchise One Piece et son successeur. D’abord diffusé dans certaines salles françaises cet été via des avant-premières exclusives, le 13e film narrant les aventures de Luffy et ses nakama est à présent disponible en DVD et Blu-Ray chez Kazé. Faut-il dépenser ses précieux Berry pour en faire l’acquisition ? Réponse tout de suite dans cette critique de One Piece Gold.

Alors que le Thousand Sunny vogue sur les eaux, l’équipage du chapeau de paille tombe nez à nez avec Grantesoro, un navire gigantesque – qui doit faire à peu près la même taille que l’île Dressrosa – apparenté à ce que l’on connaît dans notre monde comme Las Vegas : un lieu extravagant dédié au plaisir immédiat et notamment celui du jeu de hasard. Luffy et ses amis ne peuvent évidemment pas résister à l’envie d’aller visiter ce lieu. Mais si, au premier abord, leur visite a un goût de paradis sur Terre, tout va très vite se corser et virer au cauchemar. Comme à son habitude, l’équipage devra affronter un tyran surpuissant qui mène la vie dure à tous ceux vivant sur son bateau. Le tyran en question s’appelle Gild Tesoro et possède un pouvoir très utile basé sur l’or. D’où le nom du film.

Voici Gild Tesoro, un leader simple et mesuré, tout à fait équilibré.
Voici Gild Tesoro, un leader simple et mesuré, tout à fait équilibré.

Des pirates à la recherche d’un Tesoro

One Piece Gold commence très fort et nous en met plein la vue dès son intro. Le spectacle assuré par le maître des lieux, le fameux Gild Tesoro, est tout dans la démesure. La bande sonore très jazzy qui se poursuivra pendant tout le film donne au spectateur l’envie de se déhancher tandis que le générique est l’occasion de nous offrir une petite scène d’action divertissante dont la franchise a le secret. Une bataille de bateaux pirates sur une mer d’or, le tout sous les feux des projecteurs : de quoi nous mettre en appétit ! On est donc tout de suite mis en confiance. En effet, Gold utilise tous les codes que l’on adore dans One Piece, balayant aussi bien l’action effrénée que l’humour absurde. Cela se confirmera d’ailleurs avec la découverte de Grantesoro qui se révèle loufoque à souhait.

On devine très rapidement que tout n’est pas rose sur le bateau de Gild. Comme ce que l’on a connu avec l’arc de Dressrosa entre autres, One Piece Gold nous propose une société à l’apparence trompeuse où tout repose sur l’exploitation d’un certain nombre d’humains. Bien entendu, l’équipage de mugiwara va se retrouver dans une position inconfortable et devoir remettre tout cela en place. C’est d’ailleurs le seul reproche que l’on pourrait faire à One Piece Gold. Outre la recette classique des aventures de la série, le film rappelle un peu trop l’arc de Dressrosa, notamment avec son grand méchant Gild Tesoro qui fait trop penser à Donquixote (ou Don Quichotte selon la traduction que vous suivez) Doflamingo. Mêmes mimiques, même aspect manichéen, rire semblable, logique proche… L’antagoniste est d’ailleurs assez peu creusé puisqu’une unique scène en flashback nous apprend ses origines.

On zappe la séquence Pretty Woman avant le changement de garde-robes mais vous aurez votre dose d'Ocean's Eleven
On zappe la séquence Pretty Woman avant le changement de garde-robes mais vous aurez votre dose d’Ocean’s Eleven

Gild Fourth

Ce petit défaut mis à part, One Piece Gold est une franche réussite. La direction artistique délurée, la réalisation soignée, le rythme maîtrisé, l’humour qui fait mouche, tous ces éléments rendent le visionnage de ce film de 2h parfaitement agréable. Le fanboy ou la fangirl retrouvera avec plaisir ses personnages favoris. Si le film est réalisé par Hiroaki Miyamoto, il est à noter qu’Eiichiro Oda en a supervisé bien des aspects. Tout comme ses deux prédécesseurs d’ailleurs. C’est sans doute ce qui explique le plaisir immédiat que tout fan ressentira devant ce 13e opus. Outre le respect des personnalités de chacun (la cupidité de Nami, le côté badass de Zoro, etc…), cela se sent dans l’univers du film qui reste cohérent avec le reste du monde de One Piece. Toutefois, comme c’est le cas avec la majorité des films extraits d’animés célèbres depuis DBZ, on n’est pas dans du canon.

En effet, l’action est censée se situer juste après l’épisode de Dressrosa. Or, si tel était vraiment le cas, l’équipage ne pourrait pas être réuni puisque Sanji, Nami et compagnie étaient partis en avance vers Zou. « Peut-être que ça se situe après Zou ? » Non puisque Sanji est là, pas sur l’île de Big Mom. « Peut-être après Big Mom ? » Bon, arrête de chercher, les films ne sont pas canon. Et ce n’est pas un souci, au contraire. Ca permet de faire n’importe quoi sans conséquence sur la continuité de l’univers. C’est très bien. Sachez juste qu’au niveau de l’évolution des personnages, l’action se situe après Dressrosa. Eh oui, vous aurez droit au « Gear Fourth » !

Hulk Hogan n'a qu'à bien se tenir : Dice est bien plus impressionnant !
Hulk Hogan n’a qu’à bien se tenir : Dice est bien plus impressionnant !

Pour les fans

Au final, s’il y a bien une chose à retenir, c’est celle-ci : les fans seront ravis. Bien entendu, si vous n’êtes pas familier avec l’univers de One Piece, vous risquez de passer à côté. One Piece Gold pourrait sembler un simple film WTF à la limite de l’incompréhensible. Par contre, si vous aimez Robin, Brook et les autres, vous serez investis dans cette aventure rocambolesque. Le décallage entre la désorganisation complète de l’équipage et le sérieux de l’environnement dans lequel ils évoluent fonctionne toujours aussi bien et les punchlines de Roronoa comme les réactions naïves de Tony Tony Chopper font toujours mouche. La bande son tantôt jazzy, tantôt épique, est parfaitement adaptée au métrage. La formule des arcs de la saga est très bien retranscrite sur un temps court (2h au lieu de trouze mille épisodes).

En bref, si vous aimez One Piece, vous aimerez One Piece Gold. Sans doute même plus que Z. Car si ce dernier était un peu plus fouillé, son rythme était moins réussi et l’impact de l’action globalement moindre. Ne vous attendez toutefois pas à une révolution, on reste dans du classique. Mais qu’est-ce que c’est bon !

Le nouveau lieutenant rigolo de l'aventure s'appelle Tanaka et il passe à travers tout ce qui est inanimé
Le nouveau lieutenant rigolo de l’aventure s’appelle Tanaka et il passe à travers tout ce qui est inanimé

TL;DR

Avec sa réalisation soignée, sa direction artistique réussie, sa bande son marquante et son respect de la formule éprouvée estampillée One Piece, ce 13e film dénommé Gold est assuré de plaire aux fans de la saga ! S’il ne brille pas par son innovation, il gère à merveille son fan service (jusqu’aux apparitions de personnages secondaires) et assure un spectacle très agréable. En revanche, pas la peine d’y chercher un renouveau. One Piece Gold fait dans le classique. Mais ce qui importe, c’est qu’il le fait bien. Fans, n’hésitez pas, foncez sur ce film !

Découvrez Grantesoro, le terrain de jeu de ce 13e film One Piece
Découvrez Grantesoro, le terrain de jeu de ce 13e film One Piece

Golden stars

Sans être révolutionnaire, One Piece Gold brosse les fans dans le sens du poil en incorporant en 2h tout ce qui fait la saveur des arcs des aventures de l'équipage du chapeau de paille. Techniquement maîtrisé, il n'y a simplement aucune excuse pour passer à côté si vous êtes un fan de la saga.

7
Note finale:
7

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *