Jeux Vidéo Loading

[Loading] Skrinabs : Lethis – Path of Progress, Caesar ressuscité à la sauce steampunk

Lethis Path of Progress

La dernière fois que la rubrique [Loading] a servi, c’était également pour parler de Lethis – Path of Progress. Coïncidence ? Je ne crois pas ! Deux ans plus tard, c’est pourtant quelqu’un de complètement différent qui revient nous parler de ce jeu dans sa version finale. Cela montre bien à quel point les projets plein de rebondissements continuent à passionner les plus fervents d’entre nous ! Merci à Skrinabs pour son test de ce city builder made in France ! On vous le rappelle : [Loading] c’est votre rubrique. Elle a pour but de partager sur le site les écrits / dessins / etc. de lecteurs de Kiss My Geek. Si vous aussi vous souhaitez participer, faites-nous parvenir vos tests, strips, coups de cœur et de gueule pour les faire découvrir sur Kiss My Geek. Vous pouvez nous contacter grâce à notre formulaire.



Forcené aguerri de la construction de cités que vos êtes, vous ruminez. Assis sur un rocking-chair rapiécé, au coin du feu, vous observez d’un mauvais œil vos enfants jouer sur leur ordinateur. “De mon temps, on avait de vrais jeux, on bâtissait des empires !” maugréez-vous dans votre barbe blanchie par tant d’années. Tant d’années de manque, tant de temps depuis votre dernière partie de Pharaon, votre dernière conquête sur Caesar. Mais Triskell Interactive est là, et vous séchez vos larmes de vieux joueur aigri, sortez vos rhumatismes du fauteuil et, mordillant votre vieille pipe, vous installez Lethis – Path of Progress. Vous voilà replongé dans vos plus jeunes années. Comment ça, c’est pas si vieux, Caesar ?

Au cours de l’an béni 2012, une équipe de trublions passe soirées et week-ends à plancher sur des écrans au lieu de vider des pintes dans le rade du coin comme tout le monde. Ivres de fièvre créatrice à défaut de houblon fermenté, ils s’attellent à une noble tâche : créer Steam of Lethis, un MMORPG prenant place dans un univers original, au doux parfum d’époque victorienne et de machines à vapeur.

Malgré l’avancement du développement et un prototype fonctionnel, la bande finit par déposer avec tristesse une gerbe de fleurs sur la tombe de son premier-né ; le projet n’est plus, malmené qu’il était par les contraintes de temps et d’argent. Qu’à cela ne tienne : les deux survivants, Sinsem et Noodle, fondent le studio Triskell Interactive et, le temps de recruter une nouvelle équipe, commencent à plancher sur Path of Progress.


Du neuf avec du vieux

Le monde de Lethis, né avec feu Steam of Lethis, se perpétue dans le genre du city builder avec cette nouvelle mouture. Il emprunte à son ancêtre une direction artistique légère et colorée, à la ligne claire caractéristique des productions à la française. Forêts, bâtiments, promeneurs : tout est beau et poétique dans le monde de Lethis, jusqu’aux percepteurs d’impôts et mausolées. Avec une bande originale des plus léchées, le jeu de Triskell parvient à construire une ambiance, achevant avec brio le risqué mélange entre steampunk et city builder.

lethispop03

Path or Progress emprunte à Impressions ses anciennes mécaniques pour les remettre au goût du jour. Si son gameplay copie point pour point celui de ses parents spirituels, il sait en moderniser certains aspects ; mention spéciale à l’aperçu du parcours des promeneurs lors de la pose d’un bâtiment. Son système économique se démarque également, puisque les revenus se font en grande partie sur les impôts et non plus sur les exportations. Au fil des heures et des constructions, votre ville évolue, vit, produit, commerce, les promeneurs arpentent les rues et les jardins fleurissent. Tout le monde est content.

Qu’on se le dise: amasser des ressources, c’est bien ; encore faut-il en faire quelque chose. Et lorsqu’approche le late-game, Path of Progress pêche un peu, limité qu’il est par les moyens de ses créateurs. Une fois la cité construite, les maisons et manoirs améliorés au maximum… on tourne en rond. Seule la construction de grands monuments, proche de celle de Zeus ou Pharaon, apporte des objectifs. Sur la carte du monde, pas de guerre, que du commerce. Pourtant, qui n’a jamais rêvé de mener une blitzkrieg à grands coups de tanks à vapeur ? N’affirmez pas le contraire ; ce serait mentir.


Lost in frustration

Plusieurs détails font de Path of Progress un jeu incomplet : l’absence d’un bouton annulant la dernière action, le manque d’événements aléatoires, les textes non-doublés, le peu de ressources disponibles… En vérité, le jeu arbore de si bonnes qualités qu’on en vient à se lamenter que son éditeur n’ait pas disposé de plus de temps et de moyens pour le perfectionner. L’exploitation et la condensation de la vapeur sont de très bonnes idées. Mais elles se révèlent frustrantes : une fois le réseau établi et les quelques bâtiments demandeurs desservis en vapeur, on ne touche plus à grand chose, si ce n’est pour rajouter un extracteur de temps en temps afin d’augmenter la production.

lethispop02

Le jeu entier, en réalité, est frustrant : il nous fait apercevoir ce qu’il aurait pu être si ses développeurs avaient eu du temps et des moyens. Pour l’instant, ces derniers planchent sur Daring Discoverers, jeu d’exploration dernier-né de l’univers Lethis. Mais tout espoir n’est pas perdu : comme le précisait Sinsem, game designer chez Triskell, sur les forums Steam en février dernier, “je ne sais pas ce qui se passera une fois notre nouveau jeu sorti, mais une chose est sûre: si nous sommes capables de faire un troisième jeu, ce sera Path of Progress 2“. En attendant, le premier du nom demeure très bon, ersatz parfait pour ceux qui ont saigné les city builders d’Impressions et veulent encore une dose ; support adéquat pour ceux qui veulent découvrir le genre.

 

Lethis – Path of Progress – Triskell Interactive – PC (Steam) – 19,99€

 

[Loading] est votre rubrique. Elle a pour but de partager sur le site les écrits / dessins / etc. de nos lecteurs. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos tests, strips, coups de cœur et de gueule si vous voulez les faire découvrir sur Kiss My Geek ! Vous pouvez nous envoyer tout ça grâce à notre formulaire de contact.

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *