Jeux Vidéo Tests & Critiques

[Test] Injustice 2

injustice 2 test

NetherRealm Studios ne chôme pas et semble avoir trouvé son rythme de croisière depuis le reboot de Mortal Kombat en 2011 avec une alternance entre sa série fétiche et son nouveau bébé tirant sa force des personnages DC Comics. Injustice 2 débarque sur nos consoles, c’est l’occasion de voir s’il réussit à gommer les imperfections de son grand frère.

Dawn of Justice

Injustice 2, donc, prend place quelques temps après le premier épisode qui voyait Superman devenir un dictateur tyrannique après la mort de Lois et son futur bébé de ses mains après avoir été piégé par le Joker. Batman, accompagné d’une poignée de super-héros n’ayant pas rejoint le Régime de l’Homme d’acier, n’avait alors d’autre choix que de faire venir la Justice League de notre Terre pour l’aider à mettre fin à la terreur. Dans ce nouvel épisode, le monde est en plein reconstruction mais reste fragilisé. Une mystérieuse organisation appelée la Société tente alors d’en profiter pour percer et s’imposer au monde pendant qu’un danger certain arrive de l’espace.

injustice 2 test

C’est sur ce point de départ que débute la campagne solo d’Injustice 2 qui vous tiendra en haleine pendant 4-5 heures. Comme d’habitude, c’est l’occasion de se faire la main avec les principes du jeu et d’essayer une bonne poignée de combattants, mais surtout un bonheur de replonger dans cette histoire passionnante mise en place dans l’opus précédent. On ne peut renier une nouvelle fois le talent d’écriture de NetherRealm qui arrive à retranscrire l’aspect comic books et toute l’essence de l’univers DC Comics dans son jeu. Parfois certes un peu bavarde, pas forcément convaincante en VF et avec des personnages qui retournent leur veste comme un politique prenant le train en marche, la campagne reste néanmoins un grand morceau de bravoure ponctuée de passages épiques, de cinématiques bien foutues, de moments drôles et d’une parfaite compréhension de la personnalité des personnages.

Et la bonne nouvelle, c’est que les développeurs semblent avoir appris de leurs erreurs. Finies les affreuses scénettes en QTE qui plombaient le rythme du jeu. En lieu et place, quelques embranchements ponctueront votre aventure puisque vous aurez le choix du personnage qui combattra, ce qui débloquera quelques dialogues inédits. Rien de bien folichon en somme, mais cela apporte un peu plus de diversité et de dynamisme à la campagne. Il vous faudra néanmoins effectuer les combats avec tous les personnages pour avoir accès à la deuxième fin alternative, et ça, c’est un chouilla décevant. Pourquoi ne pas pouvoir la débloquer simplement en refaisant le dernier chapitre ?

injustice 2 test

Show me your moves

Au niveau du gameplay, les choses ont bougé, ou plutôt évolué. Intrinsèquement, nous retrouvons le même système de jeu, avec une combinaison de coups faibles, moyens ou forts dispatchés sur trois boutons, une choppe, un pouvoir associé au personnage – Batman aura quelques batarangs à balancer à la tronche de l’opposant par exemple – ainsi que le super coup déclenchable quand la jauge de super sera remplie. Rien de réellement neuf sous le soleil au niveau du socle du gameplay donc.

injustice 2 test

Pour autant, quelques ajouts fort appréciables sont à noter. Les interactions de niveau qui permettent par exemple de balancer un élément du décor à la gueule du pauvre gus d’en face sont désormais blocables, tout comme les super-coups qui passent désormais moins facilement qu’auparavant puisqu’on les voit venir de loin. De même, la jauge de super peut être utilisée de multiples façons. Si les « chocs » dont le principe est toujours de bloquer un combo adverse en pariant des barres de jauge, sont toujours de la partie, NetherRealm a aussi intégré une esquive rapide brûlant deux barres. Elle s’avère bien pratique pour éviter les personnages spécialisés dans le zoning ou pour passer rapidement dans le dos d’un adversaire.

Vous pourrez aussi vous sortir d’une situation tendue en effectuant une esquive lorsque vous serez propulsé en l’air. A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle puisque l’adversaire aura tout de même la possibilité de continuer à jongler avec vous malgré une rapide période d’invincibilité. Enfin, à la manière d’un MKX, des coups peuvent être renforcés en appuyant sur R2/LT, brûlant là aussi une barre de jauge. Le système de jeu se voit ainsi agrémenté de plusieurs possibilités qui améliorent considérablement l’expérience.

« Ouais mais les perso ont toujours un balais dans le fondement ? » me demanderez-vous. Eh bien oui et non, cela dépend du personnage. Black Canary et Cheetah brilleront par leur souplesse, tandis que Superman restera assez statique et lourd dans ses déplacements. Cela étant dit, on ressent très vite une volonté des développeurs de rendre le jeu plus fluide, plus dynamique. Les animations rendent très bien, le framerate tient le coup à 60 fps et surtout, ça tape toujours aussi fort. Les coups portés dégagent la puissance de ces surhumains, les stages vibrent à la fréquence des poings dans le museau. C’est un pur délice. Injustice 2 se joue avec un plaisir certain.

injustice 2 test

Du contenu à ne plus savoir quoi en faire

Et pour bien faire les choses, NetherRealm nous a gratifié d’un contenu plutôt dense pour faire durer ce plaisir. C’est un roster de 28 personnages qui vous attendra au lancement du jeu, sachant que, bien évidemment, celui-ci devrait se garnir au fil du temps avec l’apparition de nouveaux héros et vilains téléchargeables contre quelques deniers. On se souvient que le premier épisode se concentrait vivement sur les personnages du Batverse, ce qui pouvait déplaire à certains vu la richesse de l’univers DC Comics. Ici, c’est un peu moins le cas, même si l’on retrouvera les habituels Batman, Robin, Catwoman et Joker. Au casting viennent s’intégrer les petits nouveaux comme Black Canary, Firestorm, BlueBeetle, Captain Cold, Swamp Thing ou encore Dr. Fate.

La grande nouveauté du jeu est lié au roster.  Dans Injustice 2, vous ne débloquerez pas de simples skins au grès de vos combats, mais des pièces de costumes. Celles-ci confèrent des bonus d’attaque, de défense, de vie et de capacité selon leur degré de rareté, en plus, bien entendu, de changer l’apparence du perso. Cette nouvelle feature est intéressante, dans le sens où elle permet de régler quelques soucis d’équilibrage encore persistant, même si ces pièces ne sont pas utilisables dans le multijoueur. Et puis, quoi de mieux pour faire tenir les joueurs que d’y ajouter une part de loot aléatoire ?

injustice 2 test

Des modes de jeu à gogo

Il y a de quoi s’amuser sur Injustice 2. En dehors des habituels mode histoire, versus et entraînement, le jeu nous propose un mode multijoueur réactif et complet. D’un point de vue solo, NetherRealm a repris le système des tours issus de Mortal Kombat X, appelé ici Multivers. Nécessitant une connexion en ligne, le système propose différents challenges temporaires qui renouvellent plutôt bien l’expérience de jeu et améliore considérablement la rejouabilité. C’est aussi une parfaite manière pour obtenir rapidement de nombreux loot et faire gagner de l’expérience à vos perso.

Injustice 2

Autre nouveauté, il est possible d’intégrer une guilde de joueurs. L’idée est d’effectuer le même genre de challenges que dans le multivers mais de partager les loots avec les membres. L’idée est plutôt bonne sur le fond puisque le système impose un système d’entraide pour pouvoir débloquer certains challenges. Sur la forme, par contre, on se fait généralement kick assez vite par les modo pour des raisons plus qu’incertaines. C’est assez dommage quand la communauté ne suit pas une bonne idée.

En bref

Injustice 2 n’est certainement pas le meilleur jeu de combat au sens noble du terme. Avec encore des soucis d’équilibrage entre les personnages (Deadshot ton zoning je le maudis) et ce malgré les nouveaux mouvements intégrés et une certaine rigidité qui plombe un bon quart du roster, on ne peut clairement pas jouer dans la même cour que les plus grands jeux compétitifs. Même s’il y a du mieux, évidemment. Pour autant, on prend un pied immense à jouer à Injustice 2. Parce que les personnages en imposent. Parce que leurs animations et les coups impressionnent. Parce que le contenu est dantesque. Parce que le mode histoire est chouette. Parce qu’on en attendait pas forcément plus d’un jeu NetherRealm Studios.

On a aimé :

  • le mode histoire
  • le nouveau roster
  • la personnalisation des équipements
  • les nombreux mode de jeu
  • le multijoueur solide
  • la surpuissance des personnages

On a moins aimé :

  • des personnages encore un peu rigide
  • l’équilibrage pas forcément au point
  • le doublage français

Craquez vos PO si :

  • Vous êtes un fan de DC Comics
  • Vous aimez les jeux de baston accessibles qui en mettent plein les yeux

Quittez la partie si :

  • Vous êtes un nazi du jeu de combat
Injustice 2 – NetherRealm Studios
PS4/Xbox One
50€
Le test a été effectué sur une version offerte par l’éditeur.

Très bon

Pas dénué de défauts, Injustice 2 est pourtant un gros morceau de plaisir sur galette. Des perso, de la patate, du contenu, tout ce qu'il faut pour s'amuser pendant des heures.

8
Note finale:
8

Partage-moi !

Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *