Jeux Vidéo Tests & Critiques 5

[Aperçu] Dragon Age Keep

dak_header

Vous le savez tous (enfin normalement), Dragon Age : Inquisition, le 3e volet de la série de Bioware (publiée par Electronic Arts), va enfin arriver entre nos mains impatientes ce Jeudi 20 Novembre 2014. Comme pour son autre série phare – Mass Effect – Bioware a prévu de montrer dans le jeu les répercussions des choix que le joueur aura faits dans les deux premiers opus. EA aurait pu se contenter de se baser sur les informations enregistrées sur les comptes Origin des joueurs pour déterminer leur histoire in game mais, outre le fait que ce soit techniquement moyen vu les choix pris pour les sauvegardes d’Origin et autres, le géant a pensé qu’il serait plus intéressant de permettre au fan de la saga de vivre une expérience unique en son genre. C’est dans ce but qu’est né Dragon Age Keep, une application gratuite, accessible depuis votre ordinateur (pour l’instant toujours en béta), annoncée comme servant à importer vos choix de Dragon Age : Origins et Dragon Age II (ainsi que tous les DLC) dans votre partie de Dragon Age : Inquisition. En vérité, c’est bien plus que cela. Qu’apporte-t-il de plus qui justifie son intérêt ? C’est ce dont on va parler aujourd’hui.

 
 

La tapisserie vous permet de modifier les choix que vous avez effectués lors de vos parties de Dragon Age : Origins et Dragon Age II

 

Le Mémorax du gamer… Avec un super-pouvoir inclus

 

Ceux qui se souviennent de leurs expériences passées sur la série Dragon Age ont sans doute de nombreux points flous, des zones de doute du genre « Mais attends, je me souviens que j’ai fait telle action mais… Pourquoi déjà ? Et puis ce personnage là, je l’ai rencontré comment ? » Il faut avouer que le premier épisode, particulièrement, était assez fouillé et contenait de nombreux rebondissements. Si l’on ajoute à cela les années qui se sont écoulées entre temps, il est bien normal que l’histoire soit incomplète dans nos têtes, sinon carrément décousue. C’est embêtant pour une série de RPGs se déroulant dans un monde qui se veut cohérent. Heureusement pour nous, Dragon Age Keep est là pour nous aider à nous souvenir. Après vous être authentifié avec votre compte Origins, l’application la scannera puis vous proposera de choisir entre les personnages que vous avez joués (si vous avez fait plusieurs parties). Une fois ce choix effectué, vous aurez droit à une superbe animation type tapisserie royale (d’où le nom de cette feature : Tapestry) retraçant les aventures que vous avez vécues au travers des deux jeux précédents et de leurs DLC. Déjà, avouons-le, c’est super classe ! Et rien que pour ça, j’aurais été content. Mais il y a mieux ! Dragon Age Keep donne, en quelque sorte, le pouvoir d’influencer la réalité (enfin celle des jeux). Ainsi, pendant que la tapisserie déroule son conte, vous aurez la possibilité de changer les choix que vous avez faits en jouant. Vous avez décidé de tuer un personnage important et le regrettez après coup ? Ou bien vous auriez préféré vous allier aux loups-garous plutôt que d’apporter la paix entre les elfes et eux ? Aucun souci, emparez vous des pouvoirs de Wanda Maximoff en empoignant votre souris et changez votre choix. L’histoire sera immédiatement impactée et vous pourrez profiter du spectacle.

 

« Finalement, je n’ai pas envie que mon personnage soit mort en affrontant l’Archdemon… »

 

Toutes ces décisions seront entièrement modifiables, à volonté, une fois la tapisserie déroulée. Vous pourrez même aller plus loin puisque certains choix ou évènements non décrits dans la tapisserie sont également paramètrables. Ainsi, vous pouvez changer votre héros, décider d’avoir rencontré ou non certains personnages ou même changer votre romance, celle-là même que vous aviez ratée avec Morrigan ou Zevran. Tout cela vous permettra de créer un World State (Etat du Monde) que vous pourrez importer dans votre partie de Dragon Age : Inquisition. Il vous sera également possible de créer plusieurs World States afin de pouvoir choisir lequel utiliser ou tout simplement préparer plusieurs runs du jeu à venir.

 

Une expérience complémentaire prenante

 

A l’intérieur de Dragon Age Keep, vous trouverez aussi un onglet The Last Court qui vous ménera à un jeu créé pour l’occasion. Il s’agit d’un jeu entièrement textuel où vous incarnerez un noble qui, confronté à diverses situations, devra prendre des décisions pour le domaine dont il a la charge, Serault, jusqu’à l’arrivée de The Divine, un personnage important qui est attendu sur ses terres 7 jours plus tard. Concrètement, vous créerez votre personnage en lui donnant un nom et en choisissant son background (ce qui influera sur ses capacités), puis il vous faudra tirer des cartes, chacune représentant une situation. Pour chaque situation, vous devrez choisir une façon de la gérer, ce qui aura pour effet de changer les statistiques qui définissent votre domaine (par exemple, ses richesses, les rumeurs de révolution qui y circulent, sa dignité, la santé de votre personnage, etc). Vous devrez souvent sacrifier une statistique – ou au moins la risquer – pour en améliorer une autre. Il vous faudra également amasser des indices, lesquels vous seront nécessaires pour choisir certaines résolutions et pour résoudre les quelques investigations que vous conduirez. Durant cette expérience, votre personnage pourra s’attirer les faveurs de PNJ qui pourront l’aider, voire prendre un rôle auprès de lui (conseiller, amant, complice ou garde du corps), améliorant ainsi certaines de ses statistiques et débloquant certaines résolutions. Comme pour de nombreux jeux sur navigateur et/ou mobile, The Last Court se base sur un système d’actions possibles, dont le compteur (limité à 20 actions) s’incrémente soit avec le temps (1 action toutes les 20 minutes, cumulables), soit via des micro-transactions. Honnêtement, je ne comprends pas les gens qui payent pour pouvoir remonter leur compteur d’actions mais chacun est libre d’utiliser ses ressources comme bon lui semble après tout. Le jeu se termine après la visite de The Divine, une fois qu’elle aura décidé de restaurer l’honneur de Serault ou non. A priori, votre partie de The Last Court sera, elle aussi, prise en compte dans le World State pour votre partie de Dragon Age : Inquisition. Je ne connais pas l’influence de cette courte aventure dans l’univers de Dragon Age mais, honnêtement, elle vaut largement le coup qu’on y joue. Le jeu est clair, intéressant, logique dans ses conséquences, contient une dose de hasard pour pimenter un peu les choses et se révèle même légèrement addictif.

 

Un exemple d’évènement. C’est le moment de montrer si vous êtes écolo ou non !

 

Dragon Age Keep est donc une application que vous ne pouvez pas laisser passer ou vous contenter de survoler si vous voulez une expérience de la saga Dragon Age la plus complète possible. Pour les anglophobes, la gestion des Etats du Monde (tapisserie, etc) est entièrement traduite en français, seul le jeu The Last Court (disponible en anglais uniquement) vous sera inaccessible. Pour les autres, foncez également sur ce petit jeu textuel fort sympathique et très accessible. L’application devait quitter son état de béta aujourd’hui pour coïncider avec la sortie US du jeu Dragon Age : Inquisition. Ce n’est pas encore le cas mais ça ne devrait tarder.

 

Dragon Age Keep – Sur navigateur – Actuellement en béta

Partage-moi !

Recommandé pour vous

5 Comments

  • Reply
    Kyra
    18 Nov 2014 6:59

    Excellent !

    • Reply
      Gizmo
      18 Nov 2014 7:16

      Oui ! 😀 Je ne m’attendais pas à grand chose et, finalement, j’ai adoré cette appli en béta. (Par contre on voit à peine que je manquais d’inspiration pour le nom de mon personnage dans The Last Court… Ahem !)

  • Reply
    Kyra
    19 Nov 2014 1:11

    De Fursac ?

    • Reply
      Gizmo
      19 Nov 2014 1:49

      Ouaip. Je sais pas pourquoi mais les noms de noble ne m’inspirent jamais. Du coup, nom de marque ^^

  • Reply
    Kyra
    20 Nov 2014 5:59

    C’est mieux que « Sopalin 12 » que j’ai déjà vu comme pseudo (mais pourquoi ? …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *